AVION BIPOLAIRE

Les hauts et les bas…

Quand le doux leurre devient douleur, il n’est plus l’heure de leur dire mes malheurs. A la bonne heure, les bons penseurs me rassurent en m’expliquant que cela rend plus fort. Quel bonheur, je serai plus forte. Forte de quoi ? De cicatrices et d’échecs ? La vie est perverse. Ma mère me dit « Souris à la vie, elle te sourira». Mes lèvres esquissent un rictus coincé. Il devient péniblement grimace. La grimace se fige et j’attends que passe la lasse attitude qui m’étreint. Plus personne ne m’étreint, que la lassitude. Lasse, lasse, plus personne ne m’enlace. Je vais trépasser sans être enlacée. Quelle triste perspective. A quand le doux leurre viendra sans heurts m’étreindre pour m’emporter en douceur dans les joies du trépas ? Que nenni, ma fille ! Lève les yeux au ciel. Implore-le ! Maintenant n’est pas encore ton heure. Tu peux aller où tu veux, tu peux même voler ! La terre n’a pas besoin que tu la nourrisses. Le ciel lui t’offre son horizon illimité. Qu’est-ce que tu veux? Je veux simplement atteindre le Nirvana ! Je vais décoller. Je prends de l’altitude. Je trouve mon allure de croisière et je découvre l’univers.

Je suis heureuse. L’insouciance est légère et la colère s’en est allée. La ville m’invite à découvrir ses rues et les passants me sourient. Les autobus, les motos, les voitures roulent à contresens. C’est la folie douce aujourd’hui ! Je continue à avancer. Pas de pause, pas de fraude. Que des rencontres et des émotions qui me font vibrer. Je suis en partance pour le voyage de la Vie. La route tortueuse s’est déliée et se dénoue pour se dérouler à mes pieds comme un tapis de mohair. Je veux de la douceur, me lover dans la couleur et oublier les douleurs. Je veux quitter la routine, qu’on m’appelle Altesse Loyale. Je pousse alors jusqu’à la mer et je lui demande de m’emmener dans son écume, d’ôter mon vague à l’âme. De marée en marée, je suis prête à lui offrir mes soucis. Elle seule peut les transformer en barrières de corail. Je veux rencontrer Neptune. Je pourrais être une sirène et inviter Ulysse dans mes bras. L’univers se partage. Je connais la terre, je connais la mer. Je lève mes yeux au ciel. Je suis des yeux l’avion dans le ciel. C’est maintenant que tout commence. Maintenant que le vent a enfin dispersé mes peines et mes émois. Je prends de l’altitude. Je touche les nuages. Le ciel est le commencement. Je croyais qu’il était la fin. Je demande pardon aux nuages, pardon de les déranger. Les nuages, ce sont les champs du ciel. Je ne veux pas les déchirer. Je ne veux pas provoquer les foudres du ciel. Qu’il garde ses tonnerres, ses éclairs. Je ne veux pas le mettre en colère. C’est là que tout commence. Mes rêves, mes hallucinations. Mes espoirs et mes désastres. Je crée et je détruis.

Je ne veux pas sombrer. Je ne veux pas tomber. J’essaie. Je veux rester loin du Triangle des Bermudes. Quand le type m’est rentré dedans, je suivais des yeux l’avion dans le ciel. C’est là que tout a commencé. Je n’arrive pas à croire que cela me soit arrivé. J’ai glissé, je suis tombée. Je ne veux pas être en pilote automatique mais je n’arrive plus à m’aiguiller seule. J’ai perdu ma tour de contrôle. Il n’y a plus de pilote dans l’avion depuis longtemps. Je ne sais plus comment cela finit dans les films. L’avion s’écrase au sol ou réussit à atterrir ? Pourquoi ne sait-on jamais de quoi demain sera fait ? Pourquoi toujours cette incertitude ? Je ne crois plus, j’ai trop de doutes. Je ne crois plus au ciel. Je vais faire mon voyage au centre de la terre. A moins d’un miracle ? Oui, je crois que je viens d’entendre une voix. Il me dit que c’est lui qui est aux cieux. J’attends le soir pour admirer les constellations. La Voie Lactée ne peut me tromper. Tout scintille, tout brille. Je ne suis qu’une poussière, mais je peux illuminer au moins une vie. La mienne. C’est décidé. Demain, je ne serai plus frustrée, ni en colère. J’ai tout créé. Je peux tout changer. Comme Christophe Colomb et ses trois caravelles, j’arriverai à destination.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s