DONNEZ-MOI ALORS UN « PASSE-MER » !

Nouvelle avec le thème « Mon passeport est périmé, vous êtes sûr ? » a été validée pour notre concours ecrire-au feminin.com

Thème : « Mon passeport est périmé, vous êtes sûr ?

Plus que 10 000 dinars et il a son passeport ! Samir va enfin quitter ce bled sans présent et sans avenir. Où son passé se résume à soutenir les murs du village et se faire rabrouer par les vieux qui lui reprochent sa fainéantise. Fainéantise, bande de vieux schnocks? Vous m’offrez quoi ? Le droit de la fermer et de crever vivant ou alors d’aller prier pour le salut éternel ?

Pour Samir, le salut c’est aujourd’hui qu’il le veut. 10 000 dinars ? Où les trouver ? Il va appeler son oncle Krimo à Toulouse. Il va lui demander de lui envoyer un mandat international. Krimo, c’est l’oncle qu’il préfère. Il a toujours pris la défense de Samir. C’est bon, il l’a son plan.

Il sort de la mairie, le passeport enfin en poche. Pour un peu, c’est Alleluia qu’il crierait tellement il est heureux. Cela fait un an qu’il en rêve, qu’il en cauchemarde, qu’il angoisse, qu’il prie. Demain, direction le Consulat de France.

Le lendemain, il part pour le Consulat à 7h du matin. Il y a toujours beaucoup de monde et il est préférable d’être matinal. Samir vérifie pour la énième fois le contenu de sa sacoche : certificat d’hébergement, original et copie du certificat de travail (son cousin qui a une société d’import-export lui en a fait un), photos. Il tâte sa poche pour s’assurer que l’enveloppe pleine d’euros pour payer les frais de visa est toujours là. En chemin, Samir rencontre Taïeb, un ami d’enfance.

– Salam, cousin ! Tu vas bien ? demande Taïeb.

– Mieux, c’est possible mais c’est plus cher ! répond Samir en éclatant de rire.

– Ah, tu es en forme, çà se voit ! Tu vas au Paradis, c’est çà ?

– Tu as deviné ! Je fais mon visa et après je pars ! Si je reste, soit je les explose ou je m’explose.

– Attention, faut que tu sois posé au Consulat. Déjà, t’es un peu jeune. Ils vont te questionner : tu vas où, tu vas vivre comment, etc…

– T’inquiète ! Je vais les rassurer, j’ai un job ici donc je reviens. Enfin, zaama, soi-disant, explique Samir avec un clin d’œil. Tu crois que j’ vais revenir ? Une fois là-bas, même moi, j’me rattraperai pas ! Allez, je dois y aller !

Samir prend place dans une queue longue d’au moins six mètres, résigné à prendre son mal en patience. La journée passe, il est bientôt 16h. Un fonctionnaire du Consulat s’approche :

– Mesdames, Messieurs, je vais donner un rendez-vous à chacun d’entre vous pour revenir car vous êtes trop nombreux.

La foule grogne de dépit mais ne peut rien faire. Samir obtient une date pour la semaine suivante, le mercredi très exactement. Déçu, il rebrousse chemin.

Le mercredi arrive. Samir est devant le Consulat à 9 heures même s’il a rendez-vous pour 11h30. Tous ont eu le même réflexe. De fait, la foule est toujours aussi dense devant l’édifice ! On appelle Samir. Il entre. On lui indique le guichet 2. Il est impressionné, et ému aussi. C’est comme s’il était déjà de l’autre côté de la Méditerranée. Il regarde la photo du président français. « Il a une bonne tête » se dit-il.

– Bonjour Monsieur, asseyez-vous. Je vais prendre vos papiers, je vous prie.

– Bonjour Monsieur, répond Samir au fonctionnaire en lui tendant son dossier.

En son for intérieur, Il remercie son père qui l’a toujours obligé à apprendre le français, à l’écrire et le lire. « Cela te servira toujours », lui disait-il.

– Merci jeune homme. Alors, c’est votre premier voyage ?

– Oui Monsieur, souffle Samir intimidé.

– Bien, voyons voir les documents.

Arrivé au passeport, le fonctionnaire le relit deux fois avant de s’adresser à Samir :

– Jeune homme, il va falloir revenir avec un passeport valide. Quel dommage, vous aviez tous les éléments pour que votre dossier soit admis pour un visa ! Mais votre passeport est périmé pour moi car il expire dans six mois. Vous ne pouvez pas entrer en France avec celui-là

Samir est pétrifié. Ce n’est pas possible ! Il a mal lu. Il vient juste de l’avoir son passeport !

– Mon passeport est périmé, vous êtes sûr ? Vérifiez encore ! articule péniblement Samir.

– Il n’est pas périmé au sens où il est encore valable six mois, mais il est périmé car vous ne pouvez pas voyager avec. Ces six mois après la date d’entrée sont exigés partout. Je suis désolé.

Samir sait que ce n’est pas la peine d’insister. Ce type ne fait que son boulot. Dire que son propre compatriote l’a arnaqué ! Samir était si heureux qu’il n’a fait que contempler la photo et le tampon, sans vérifier le reste. Il quitte le Consulat d’un pas décidé et se rend la mairie. Il va éclater la tête de cet « enfoiré ». Il l’a entendu parler à un maçon. Il construit certainement sa villa sur le dos des pauvres types qu’il vole sans vergogne ! Il entre sans saluer le préposé à l’accueil et se dirige droit vers le guichet où lui a été remis son passeport. Il y trouve une jeune femme.

Salama alaïkoum,lui dit-elle poliment

-Ni salam ni rien du tout, rétorque Samir. Il est où le type qui était là la semaine dernière ?

-Il a été muté à la Préfecture.

– Le fils de bâtard, il m’a volé 10 000 dinars ! C’est un passeport périmé qu’il m’a refourgué ! fulmine-t-il.

-Doucement, restez poli ou bien j’appelle un agent de la sécurité.

-Ah ! La sécurité, vous savez les appeler ! Mais pour faire votre boulot correctement, y a plus personne !

-Si vous n’arrêtez pas, c’est au poste qu’on va vous emmener, menace-t-elle.

Samir est impuissant. Comment veux-tu rester dans ce pays ? On te détruit tous tes rêves ! Il doit passer au plan B : traverser en bateau et rejoindre l’Italie. Il a besoin de deux mille euros. Si oncle Krimo est d’accord pour lui envoyer de petites sommes, d’ici à six mois, il pourra partir. Sans garantie d’arriver vivant. Son père l’en dissuade et lui explique que le passeport périmé, c’est son Mektoub, son destin. Mais Samir préfère risquer sa vie pour la vivre que rester avec une vie…déjà périmée. Le proverbe « Aide-toi, le ciel t’aidera » lui vient à l’esprit. « Même si tu passes par la mer ! », se dit Samir, avec cette auto-dérision qui fait office d’instinct de survie et l’aide à faire face au cynisme du quotidien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s